lundi 22 octobre 2012

Bronco buster du tac au trac...


Le trac moi ? Non, pfff si peu ! Enfin ça c’était avant…
Maintenant c’est fini, terminé, envolé, plus de trac du tout. Pour vous dire, ces 5 dernières années je ne l’ai pas côtoyé une seule fois. Même pas l’ombre de son ombre! Disparu. Une guérison totale, sans exorcisme, ni traitement bio-médical. 
Ces soixante derniers mois j’ai essayé un petit truc qu’avait testé Mireille Mathieu en son temps : une privation totale du public et de la scène. Et ça marche ! C’est génial non ? Plus un poil de stress. Oh putain ! ce que c’est bon… 
Lors d’un concert ou d’une représentation publique quelconque, les stressés du bulbe, comme moi, gèrent ces moments de différentes façons.
Certains s’entourent d’amulettes de toutes sortes…photos, mots d’encouragements, fleurs, le sonotone de mamy, les chaussettes du premier concert toujours pas lavées mais qui portent chance … Moi NON ! Mais je vous explique, je ne lutte pas contre le stress, je fais avec, car je sais qu’au final, il a toujours ma peau ! Enfin ça c’était avant…

Pour faire simple, à une demi-heure de la fête auquel je suis convié sur cette grande scène là-bas, j’ai le teint qui devient crayeux. Jouer de la musique typée « Black » avec une tronche de mort vivant ce n’est pas donné à tout le monde. Courage faut se reprendre… Je sens (j’entends) la salle se remplir, d’ailleurs vide ou pleine, le stress est le même. A un quart d’heure du concert je toussote. A moins de Vingt secondes de rentrer dans l’arène je ne toussaille plus, non, je galette…
je vomis, je gerbe, je dégueule, distille, ventile… utilisez le verbe qui vous plait le plus…le résultat est toujours le même. J’ai beaucoup plus d’amis à une heure du concert que sur les derniers instants de l’avant rentrée sur scène. Vous savez maintenant pourquoi.

Cette manifestation particulière du stress, est survenue pour la première fois lors de la montée de l’escalier qui mène à la scène de la salle Marcel Hélie de Coutances. Première partie de Lucky Peterson en 2004. 
Le festival Jazz sous les pommiers, c’était quelque chose ! Je parle bien sûr du concert. Je revoie encore le mec avec son talkie walkie venir nous chercher. On passe derrière le rideau, les uns derrière les autres, il fait quasi nuit noir, il éclaire la voie avec une mini lampe de poche, quel suspens … Je ne toussote quasiment plus, on arrive sur le coté gauche de la scène…On aperçoit le public… nombreux. C’est blindé !!! Génial c’est la fête que l’on attend tous depuis des semaines. Un petit escalier…Quatre marches…Trois… Deux, Galette !

Tout est une question d’habitude. Et je m’y suis habitué… Au panthéon de mes décorations incontrôlées et dans la série « ils se souviennent de moi » je demande l’escalier de la scène centrale du Cognac Blues passion ! La honte !… La grande scène de Cognac, le plus grand rendez vous de ma vie de musicien! Un stress à la hauteur de l’évènement. J’avais pris toutes les précautions, pas bu une goutte, pas mangé. Résultat avant dernière marche : galette ! Une fois encore : le top !
Non franchement, les obstacles ce n’est pas mon truc…Si je deviens vedette (c’est trop tard ! me souffle mon aimée qui a toujours raison) j’exigerai un tapis roulant ou un ascenseur pour mener le groupe directement sur les planches ! En cas d’infaisabilité, j’exigerai après la balance, de dîner sur place, afin de ne plus descendre de scène. Je hais les escaliers ça me fout la gerbe.

Le stress pour moi, ça commence toujours par une petite toux, qui enfle, qui enfle, et paf l’accident ! Il reste à peine cinq secondes pour effacer les quelques traces et éclaboussures qui n’ont pas manqué de décorer par petites touches vos pompes et le bas du pantalon…c’est alors que survient l’inévitable levée de rideau. C’est l’heure, il faut rentrer avec le sourire, saluer le public, la commissure des lèvres bien propre c’est le minimum. Puis, avec entrain annoncer le nom du groupe et envoyer un « Bonsoir je suis content d’être là » 
Mon cul oui ! …putain de stress !
Enfin ça c’était avant.

A tout hasard quelqu’un sait ?  Il y a un escalier au BBC ? 




Bizz tof Becker

Contact:  broncobuster0@gmail.com

8 commentaires:

Biscotte Go a dit…

es-tu vraiment certain que c'était avant ??? enfin quoiqu'il en soit on en parlera plus dans 3 jours...Jusqu'à la fois d'après !

bronco buster a dit…

Mais non mon ange le trac c'est fini...C'est juste que je dois avoir un rapport bizarre avec les escaliers...
c'est tout tu crois pas ?...
Enfin j'croise les doigts!

Biscotte Go a dit…

I prefer it, remember that the little humans will live their lives no matter what you'll play.
Stairs or not!

Béa a dit…

Salut Tof!

ça va déchirer vendredi! Moi je me réjouis de vous voir enfin sur scène: vraiment la répèt de vendredi dernier 1er round était géniale. Tu as su tirer le meilleur de chacun de tes camarades de ranch.

Pour info, si cela te console, chaque année depuis 20 ans avant chaque rentrée scolaire la salle des profs est, disons, très électrique, et cela ne s'arrange pas forcément avec les années!!

bronco buster a dit…

Un grand merci Béa. Quel plaisir de te retrouver ici! Mes camarades de Ranch (j'adore l'expression)et moi même, feront le maximum le 26 au soir. Mais grâce à votre soutien et amour au quotidien, les heures qui viendront le lendemain et les jours d'après seront toujours les meilleures.No stress juste du bonheur à venir...

Biscotte Go a dit…

on y est ! on y est ! alors galette ou pas ? quoiqu'il en soit restau samedi...

bronco buster a dit…

Yesssss restaurant Samedi soir pour fêter cette fin d'étape.
Bizz my love.

Biscotte Go a dit…

yes you could do it and yes you did! I am very proud of you! Congratulations to you and your buddies Ranch!